mardi, janvier 19, 2021

    Accessoires

    Les pierres précieuses les plus rares au monde

    Les pierres précieuses les plus rares au monde
    Les pierres précieuses les plus rares au monde
    Les pierres précieuses les plus rares au monde
    Il existe des pierres qui portent bien le nom de « précieuses », et cela grâce à leur rareté et à leur valeur.

    Les pierres précieuses sont le symbole de la richesse, de la beauté et du raffinement, et ont toujours fait l’objet du désir des femmes.

    Il existe trois catégories de gemmes, dont font partie les pierres dites « précieuses », comme le diamant, le saphir, l’émeraude et le rubis, les pierres dites « fines », comme l’aigue-marine, la citrine, le péridot et l’améthyste, et finalement, les pierres dites « décoratives », dont font partie la coraline, la turquoise, la malachite, l’azurite et le lapis-lazuli.

    Nous parlerons ici des pierres précieuses dans le sens de leur valeur marchande, caractéristique due à leur beauté et leur rareté.

    La jadéite – trois millions de dollars/carat

    Pendant longtemps, cette pierre a constitué un grand mystère, car on ne savait pas grand chose sur elle, à part qu’elle fût découverte au Guatemala.

    Le bijou de jadéite le plus onéreux a été vendu à une enchère de Hong Kong en 1997, pour la « modique » somme de 9,3 millions de dollars. Le collier était constitué de 27 jadéites de 0,5 mm chacune.

    Le diamant rouge – plus de deux millions de dollars/carat

    Le diamant rouge est l’une des plus rares et exceptionnelles pierres au monde. Sa couleur rouge est due à la présence de traces d’azote. Il est apparu sur le marché en 1988.

    Il se trouve en très petite quantité dans une mine d’Australie, The Argyle Mine. La plus grande et la plus belle pierre extraite est vendue chaque année, ou tous les deux ans, pour quelques millions de dollars.

    La serendibite – entre 1,8 et 2 millions de dollars/carat

    La serendibite est une pierre découverte pour la première fois au Sri Lanka, et a une composition chimique très complexe, contenant du calcium, du magnésium, de l’aluminium, de la silicone, du bore et de l’oxygène. Elle est transparente à opaque, de couleur bleu sombre à noir-bleuté.

    Pour le moment on ne connait que trois pièces taillées, de 0,35, 0,55 et 0,56 carats. Les deux premières ont été découvertes par le spécialiste en pierres rares, D. P. Gunasekera. La plus petite d’entre elles a été vendue pour la somme de 14.300 dollars/carat.

    Le grenat bleu – 1,5 millions de dollars/carat

    Le grenat est une pierre qui peut prendre plusieurs couleurs, dont le rouge, l’orange, le jaune, le vert, le bleu, le violet, le marron, le noir, le rose et le transparent. La plus rare est considérée celle qui a une couleur bleue, découverte en 1990 à Bekily, au Madagascar. D’autres gisements de grenat bleu existent aux Etats Unis, en Turquie et en Russie.

    La pierre peut changer de couleur, passant de bleu-vert à la lumière du jour, au violet, lorsqu’elle est exposée à une lumière incandescente. Ceci est du à une grande quantité de vanadium contenue dans sa composition.

    La pierre de grenat bleu la plus chère pèse 4,2 carats, et a été vendue en 2003, pour la somme de 6,8 millions de dollars.

    La painite – 50 0000 à 60 000 dollars/carat

    La painite a été considérée pendant longtemps comme la pierre précieuse la plus rare au monde. Elle a été découverte en 1950 à Myanmar, et elle fut nommée ainsi en l’honneur de Arthur Charles Davy Pain ( ? – 1971), collectionneur de gemmes et minéraux anglais, qui signala pour la première fois son existence.

    Pendant quelques décennies, on n’a été au courant de a mise au jour de trois petites pièces de painite seulement. En 2005, on en a enregistré 25.

    La grandidierite – 50 000 dollars/carat

    La grandidierite est une pierre précieuse de couleur bleu-vert, découverte au Madagascar. Elle a été nommée ainsi d’après l’explorateur français qui l’a découverte, Alfred Grandidier.

    Une seule pierre propre à facettes de 0,29 carats a été découverte au Sri Lanka (initialement prise pour une serendibite), et achetée en 2000 par le professeur Gübelin de Murray Burford.

    La musgravite – 35 000 dollars/carat

    La musgravite est l’une des plus récentes et les plus précieuses pierres au monde. Dans sa composition entrent le béryllium, le magnésium et l’aluminium. La pierre a été ainsi nommée d’après la ville Musgrave, en Australie, où elle a été découverte pour la première fois. D’autres gisements ont été découverts au Madagascar, mais les pierres étaient de trop mauvaise qualité pour qu’elles soient exploitées.

    Le béryl rouge – 10 000 dollars/carat

    Le béryl rouge est la plus rare espèce de béryls, qui inclue l’émeraude et l’aigue-marine. Le béryl rouge a été découvert pour la première fois en 1905 par Thomas Range dans l’Utah aux Etats-Unis, mais dans une forme trop précaire pour qu’il soit exploité. A la fin des années 1950 on a découvert des minerais de béryl rouge dans les montagnes Wah Wah dans l’Utah, et on n’a commencé l’extraction de ce dernier qu’en 1978.

    L’opale noire – 2 355 dollars/carat

    L’Australie est le plus important fournisseur d’opale au monde, avec 95% de la production mondiale. Les 5% restants proviennent du Mexique, du nord de Brésil et de l’Idaho, Nevada (Etats Unis). Plus récemment on a découvert quelques gisements en Ethiopie et au Mali.

    L’opale noire et gris foncé sont les pierres précieuses les plus brillantes et avec le plus beau jeu de couleurs.

    La jeremejevite – 2000 dollars/carat

    La jeremejevite est une pierre précieuse originaire de Namibie, transparente, avec des reflets bleus ou jaunes. Sa forme originale est un obélisque de petits cristaux et peut être facilement confondue avec l’aigue-marine. Son nom est donné en l’honneur de celui qui l’a découverte en 1883, le minéralogiste Pavel Jeremejev (1890-1899).

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *